« À l’origine, une Rêverie

Intuition traversante

Sens qui pointe

Le jaillissement, étincelle soudaine

On l’appellera l’instant

Instant qui peuple le vide

Photographie au flash de

l’obscurité initiale

Invention d’un présent suspendu entre passé et futur

Prise d’un conscient

Comme une porte qui marque le seuil entre deux espaces

Décidons de faire l’archéologie de ce temps

Exposons ce moment fossile

L’art devient objet transitionnel, capsule temporelle

Il porte une aventure, contient un devenir

 

FAIM 1

Quelque chose : un objet

Quelqu’un : un sujet

L’Homme, les Hommes, naissance de l’espèce humaine

Et, de la parole qui dit le monde

Naissance des possibles, mais aussi possibilité des erreurs

Information – Semence – Ébauche

Viendra le temps de l’agrégation, de la matérialisation de la forme à venir

 

FAIM 2

Matrice d’une forme mobile

Moulage d’une parcelle d’infini

Accouchement : intensité de la douleur

Souffre, puis souffle

Noir – Orange – Rouge

La mère comme une planète regarde la mer, amère

Les vaguent émoussent le souvenir du tranchant

La mère Éve veille

 

L’ŒUVRE

Développement, stades

La grammaire et la conjugaison

La concordance des temps

Ou bien, donner à voir, ce que l’on ne peut encore nommer

L’invention du futur

Quête d’un temps, d’un espace, inconnus

Expansion en coulure dans les tracés sur l’espace

 

FAIM 3

Une récolte à un moment du cycle des saisons

La rotation des objets célestes

Le devenir, cet inconnu, est ce qui reste »

 

Vincent Schueller, avril 2014, texte pour l’exposition

 

- porte renaud -
© 2010-2017
legal notices/mention légales