Histoire de la sculpture : suite & fin

from 2nd to 23rd february/du 2 au 23 février 2013, personal exhibition:  ''Sculpture History: continuation & end'' in/exposition personnelle à la

Galerie In Situ, Label Friche, Nogent-le-Rotrou, France

"Far from the hackneyed figure of the artistic demiurge forged iat a time when art intended to be romantic, porte renaud undertakes a practice that leads him to explore a miniature world and yet to open abysses. From a world to the other, from the manipulation of shapes, findings and intuitions to the aggregation of signs, creation of forms and emergence of meanings, appears a necessary aesthetics for mind move and  mutation of visual constructions. Adopting a position outside reality enough and yet composed of fragments from both  a collective and personal history, porte renaud depicts the immanent portrait of an unstable humanity. As a result, porte renaud produces a corpus of (anti)sculptural artworks in which there are as many gestures involving the artist’s body and space as his contemporaries’ displayed here and now, in the heart of an impermanence able to crystallise the triviality of worried thoughts. However, the works proposed by the artist also have this ability to invent tomorrows, record the past, construct a memory and invite to an upcoming future. If they bury (Taking the plunge), they erect as well (In Situ), preserve (Monument to the glory of oblivion) and welcome (Foyer). The same applies for Sculpture History: continuation & end exhibition. In this contradictory wondering, could porte renaud’s art be a subtle commentator or could it appear as the possible restorative agent of this broken world facing disarray and seeking for an archaeological story?"/

 

« Bien loin de la figure éculée de l’artiste démiurge, forgée sur le comptoir d’une époque où l’art se voulait romantique, porte renaud entreprend une pratique qui l’amène à sonder un monde en minuscule et cependant à ouvrir des gouffres. De l’un à l’autre, de la manipulation de modèles, de constats et d’intuitions à l’agrégation de signes, à la production de formes et à l’émergence de sens – se dessine une esthétique nécessaire du déplacement de la pensée et de la mutation de constructions visuelles. Adoptant une posture suffisamment en marge du réel et pourtant composée de fragments d’une histoire tantôt collective tantôt personnelle, porte renaud dresse le portrait immanent d’une humanité précaire par définition. Ainsi résulte un corpus d’œuvres (anti)sculpturales à travers lesquelles circulent autant de gestes impliquant le corps et l’espace de l’artiste comme ceux de ses contemporains, projetés ici et maintenant, au coeur d’une impermanence propre à cristalliser la trivialité de pensées inquiètes. Toutefois, les oeuvres que propose l’artiste possèdent aussi cette ressource à inventer des lendemains, à enregistrer un passé, à construire une mémoire et à inviter à un à venir. Si elles inhument (Passage à l’acte), elles érigent aussi (In Situ), elles préservent (Monument à la gloire de l’oubli) et elles accueillent (Foyer). Ainsi en va-t-il dans l’exposition Histoire de la sculpture : suite et fin. Dans ce balancement contradictoire, l’art de porte renaud se ferait-il alors discret commentateur ou apparaîtrait-il comme l’agent réparateur possible de ce monde fichu en proie au désarroi et en quête d’un récit de vie archéologique ? »

Mickaël Roy

 

 

- porte renaud -
© 2010-2017
legal notices/mention légales