Un train peut en cacher un autre 3/3

from 26th september to 25th october/du 26 septembre au 25 octobre 2012, Le Garage in Saint Junien’s hospital complex/Le Garage de l’hôpital Saint Junien, Le Petit Quevilly, France (exhibition organized by/exposition organisée par La Ruche)

(visual/visuel Marion VIOT & Marion PLUMET)

(views during the in situ work realization of Monument to the glory of oblivion./

vues lors de la réalisation in situ de Monument à la gloire de l’oubli.)

Un train peut en cacher un autre (One Train May Hide Another) has been achieving its wandering. The exhibition intention which had for initial areas for reflection the following approaches: impression, perception, sensation is a opportunity for ten artists to respond to Sébastien GOUJU’s work: Lapse Of.

 

The wandering process and the potentiality to meet people involved in this exhibition project determined my artistic engagement and the evolution in my plastic work .

 

Préservation d’espèces appeared as the most appropriate plastic composition for this venture. It was possible to meet residents in hospital complexes taking part  in the project: Culture in hospital. Préservation d’espèces is a protocol consisting of individual conversations where each person is invited to make a print or a shape with condom filled with plaster. The discussion starts with a question asked by the previous person and often ends when the plaster is hard enough. It was necessary to readjust this protocol in order to encourage a sensitive and empathic exchange with residents and hospital workers.

 

For the third exhibition part, Préservation d’espèces became Monument to the glory of oblivion. This new plastic composition is made of three plaster blocks moulded into the cardboards -site specific materials- of the fourth version of Préservation d’espèces. For this new work, I made other interviews with the residents of Saint-Junien’s and Bois Petit’s hospital in Rouen urban district. All prints are confined inside plaster blocks.

 

Once again, it’ a participatory plastic composition, as it aims at dismantling it. Everyone is free with to dig in these blocks to extract prints made in the context of Préservation d’espèces.

 

Monument to the glory of oblivion is a pretence of archaeological excavations site, an artwork that only exists through its gradual extinction. It’s a ruin tobe built!

The three blocks -in an unadorned floor standing installation- underline the architectural structure.

For those who will manage to extract a print from one of the three blocks, an artwork fragment certificate will be provided to them in order to accompany their acquisition.

Monument to the glory of oblivion (first version, first activation) crosses my next exhibitions -thus creating new activation in the artworks-until its total extinction./

 

 

Un train peut en cacher un autre arrive au terme de sa déambulation. Le projet d’exposition qui avait pour pistes initiales de réflexion les notions suivantes : impression, perception, sensation est une occasion offerte aux artistes de répondre à l’œuvre de Sébastien GOUJU, intitulée Lapse Of.

 

L’itinérance et la potentialité de rencontres qu’impliquait ce projet d’exposition détermina la nature de mon engagement ainsi que l’évolution de mon travail plastique.

 

Préservation d’espèces est une composition plastique qui me parut adaptée pour cette aventure. Elle permettait d’aller à la rencontre des résidents au sein des centres hospitaliers participant au projet : Culture à l’hôpital. Préservation d’espèces est un protocole qui se compose d’entretiens individuelles où chaque personne est invitée à réaliser une empreinte ou une forme avec un préservatif rempli de plâtre. La discussion démarre sur une question posée par la personne précédente et se termine souvent à l’occasion du durcissement du plâtre. Le protocole fut ré-adapté afin de favoriser un échange sensible et empathique avec les résidents et les soignants.

 

Pour le troisième volet de cette exposition, Préservation d’espèces devint Monument à la gloire de l’oubli. Cette nouvelle composition plastique est constituée de trois blocs de plâtre moulés dans les cartons – matériaux site specific – de la quatrième interprétation de Préservation d’espèces. Pour cette nouvelle œuvre, d’autres entretiens furent effectués avec les résidents de l’hôpital Saint-Junien et du Bois Petit dans l’agglomération rouennaise. L’ensemble des empreintes sont prisonnières des blocs de plâtre.

 

Une fois encore, cette composition plastique est participative puisqu’il s’agit de la démanteler. Libre à chacun de venir creuser dans les dits blocs afin d’extraire les formes qui furent réalisées dans le cadre de Préservation d’espèces.

 

Monument à la gloire de l’oubli est un simulacre de site de fouilles archéologiques, une œuvre qui n’existe pleinement que dans sa disparition progressive. C’est une ruine à bâtir !

Posés au sol, sans fioritures, les trois blocs soulignent l’architecture et s’imposent à elle.

Pour celles et ceux qui parviendront à extraire une empreinte de l’un des blocs, un certificat de fragment d’œuvre leur sera remis afin d’accompagner leur acquisition.

Monument à la gloire de l’oubli (première interprétation, première activation) traversera mes prochaines expositions  – permettant ainsi de nouvelles activations de l’œuvre – jusqu’à son extinction totale.

 

 

 

sculptural proposition stabilized at the time of this exhibition/

proposition sculpturale stabilisée lors de cette exposition :

Monument to the glory of oblivion/Monument à la gloire de l'oubli #1

 

 

 

 

- porte renaud -
© 2010-2017
legal notices/mention légales